Bolivar, borsalino, charlotte, faluche, mantille, panama… ces mots ne vous évoquent rien ?  Et pourtant ils désignent tous ce fameux couvre chef connu de tous, le chapeau.

 

Mais que connaissons nous de l’histoire de cet accessoire de mode ?

Le chapeau est un classique du vestiaire masculin mais il est devenu également un intemporel du vestiaire féminin. Bien plus qu’un accessoire, le chapeau a toujours eu deux grandes fonctions. Tout d’abord, il a une visée utilitaire puisqu’il sert de protection contre les intempéries mais il a aussi une visée esthétique et sociale.
Les premiers chapeaux connus datent de l’Antiquité en Egypte où divers types de coiffures étaient utilisées, mais l’ancêtre le plus connu du chapeau est le bonnet phrygien, un chapeau d’origine persane qui était utilisé par les Grecs comme symbole de l’esclave libéré.

Dès son essor, le chapeau est un accessoire uniquement dédié aux hommes. Dès le XIIIè siècle, on fabriquait des chapeaux en feutre pour les hommes. Les femmes, quant-à elles, portaient des bonnets, guimpes et voiles, ceux-ci étaient des coiffes portées à l’intérieur comme à l’extérieur de la maison. Toutefois, certaines femmes portaient égalemnet le chapeau pour accompagner leurs époux à la chasse.

 

A la fin du XVIIIè siècle, les femmes portaient se que l’on appelait  le chapeau de bergère pour les promenades, puis les bonnets de passe. Le XIXème siècle, voit l’explosion du chapeau en tant que coiffure féminine. Il fait alors l’objet de créations les plus fantaisistes. Suivant les saisons et les modes, il se porte très haut sur la tête ou au contraire il couvre la nuque.

La coiffure masculine, pendant cette même période, s’assagit pour ne devenir qu’un «  chapeau de bras ». Il a délaissé ses ornements brillants et colorés d’avant le XVIIIè siècle qui ne seront conservés pour les coiffures militaires, ou plus généralement d’uniformes.
En effet le chapeau peut être un signe distinctif d’une grande école, d’une administration, d’un régiment, voire d’une seule personne.

Pour la femme du siècle dernier, il est le symbole de la classe sociale et des bonnes convenances, seule l’ouvrière ose sortir dans la rue la tête découverte. Mais la libération de la femme, sa participation de plus en plus grandissante à la vie active, lui seront fatales. Il sera abandonné, tout comme le corset. On le trouve encombrant, voire ridicule. Il n’est plus guère porté que l’hiver, retrouvant là sa vocation première : se protéger du froid, ou l’été et lors de cérémonies officielles, ou bien lors de mariages.

Aujourd’hui, le chapeau ne se contente plus de son simple rôle de couvre-chef. Il est désormais un accessoire de mode qui s’adapte à tous les styles vestimentaires et tous les looks. On le porte en toutes saisons et n’importe où.  Le chapeau prend aujourd’hui de nombreuses formes ainsi que divers coloris. Chapeau de Cowboy, Panama, Melon, Canotier ou bien encore Haut de forme, le chapeau est toujours d’actualité. Bien plus encore, aujourd’hui le chapeau est également devenu un accessoire décoratif, idéal pour habiller son intérieur. Nous lui tirons notre chapeau !