L’HISTOIRE DU JEANS

Catégories Mode & Beauté

Le jeans, c’est le vêtement qu’on a tous. Un tel basique qu’on ne se pose même pas la question sur son histoire, ses origines… Pourtant, si le jeans a su traverser les époques et s’imposer (on le retrouve autant sur les chantiers que dans des boutiques de luxe), c’est bien qu’il s’agit d’un vêtement particulier.

Avant de parler de l’histoire du jeans à proprement parler, il convient de faire un petit retour en arrière et de mettre la lumière sur le tissu jean. Il existe en effet le jean et le denim, chacun avec une composition et une fabrication / teinture qui lui est propre.

L’ancêtre du jeans que l’on connait aujourd’hui, vous l’aurez compris… ce sont bien des vêtements en jean, le denim étant apparu plus tard. Le jean, ou toile de Gênes, trouverait ses origines au Moyen-Âge, et sera particulièrement utilisé en tant que vêtement de travail aux Etats-Unis. Quant au denim, il est apparu au 18e siècle et a été popularisé grâce au fameux Levi Strauss dans les années 1860.

Strauss, marchand de tissu, s’associe avec le tailleur Jacob Davis pour concevoir des pantalons. Ceux-ci auront une particularité de fabrication, les rivets de cuivre sont placés au niveau des poches. Cela rend le tissu denim beaucoup plus résistant. Et c’est donc en 1873 qu’ils vont déposer un brevet pour les poches à rivet en cuivre, le « improvement in Fastening Pocket-Openings ».

C’est Levi Strauss & Co qui commercialisera les pantalons jeans – la concurrence leur préfère les salopettes. Le jeans s’adaptera aux femmes avec une offre de pantalons de travail en 1918. Et, malgré le brevet de Strauss et Davis, d’autres marques réussiront à s’imposer, comme Hamilton Carhartt ou Blue Bell. Si le jeans gagne autant en popularité, c’est grâce à son faible cout : un jeans se payant à l’époque quelques dollars à peine. Il sera donc adopté par les Etats-Unis toute entières lors de la Grande Dépression. Puis il arrivera en Europe à la fin de la Seconde guerre mondiale, quand les Etats-Unis enverront sur le marché européen de nombreux invendus, dont des jeans.

Progressivement, le jeans passera de vêtement technique à vêtement d’appartenance. Dans les années 1930, les étudiants et artistes s’en emparent, et le jeans devient un vêtement de prêt-à-porter, l’emblème d’une population jeune. Il se réinvente selon les modes et les tendances : l’apparition du jeans pattes d’éléphant dans les années 60 (mouvement hippie), ou du jeans slim au début des années 2000 (mouvement punk) …

Il existe donc désormais de nombreuses coupes (skinny, bootcut…) et tailles (haute, basse, moyenne). Le jeans se décline aussi en plusieurs couleurs (la teinte noire est par exemple apparue en 1940). Le jeans s’est ainsi démocratisé, s’adapte à toutes les populations, toutes les générations, que l’on soit un homme ou une femme. Le jeans est, aujourd’hui, un vêtement de mode.

Voilà ce qui forge l’histoire du jeans et la rend si intéressante : en s’adaptant aux générations, en passant de vêtement de travail, à vêtement de revendication puis de mode, il a su s’imposer comme le vêtement intemporel par excellence.

Vous en savez désormais un peu plus sur ce vêtement qui vous accompagne au quotidien !