Le blouson en cuir, alias le perfecto est le Must Have ! En effet, ce petit blouson de cuir fait parti de l’un des grandsincontournables dans le milieu de la mode. Bien que porté par toutes et tous, peu sont ceux qui connaissent son origine.

Ce blouson tendance est né de l’imagination d’un immigré russe issu d’une famille royale, Irving Schott, dans les années 20. Sa création devait répondre à la demande d’un distributeur de moto Harley Davidson, qui cherchait en lui une veste solide, épaisse, durable ainsi que fonctionnelle en peau pour les motards. Le perfecto était né.

 

 

La succès story de ce blouson se poursuit dans les années 50 grâce à l’engouement des stars américaines pour celui-ci. Le port de cette veste par les plus grands influence une jeunesse américaine en recherche de transgression et de rébellion.

Son succès se poursuit en 1978, grâce au cultissime Grease avec John Travolta dans le rôle du chef de file des T-Birds qui symbolise la jeunesse américaine rebelle portant fièrement le blouson en cuir.

 

 

 

 

La mode et la musique sont indissociables. Quand on regarde l’histoire de la mode d’un peu plus près, on comprend très vite que les différents courants musicaux ont eu une influence sur notre façon de nous habiller. Dès 1954, le king Elvis Presley débarque avec le titre « That’s Alright Mama », enflamme le cœur de millions de jeunes filles en fleur et devient un modèle de cool et de nonchalance en blouson de cuir pour des millions de jeunes américaines.

 

 

 

 

À la fin des années 70 et dans les années 80, les punks mettront tout le monde d’accord. Cuir, jean, vinyle; avec eux tout se déchire et se pare d’épingles à nourrice, de clous, de patchs et de trous. Le blouson en cuir se porte alors près du corps,  clouté et personnalisé. Modèle d’exubérance, le cuir devient le symbole des rockers tout comme la grosse cylindré qui les accompagnes.

C’est en 1983 que Michael Jackson, fraîchement désigné roi de la pop, marque l’histoire de la musique au fer rouge avec le clip de « Thriller », dont on retiendra bien sûr sa mise en scène et sa chorégraphie mythique mais surtout cette veste en cuir rouge incroyable aux épaules démesurées devenue symbole de la mode des années 80.

 

 

À partir des années 80, le cuir est partout, il rentre dans les moeurs et prend de la couleur : Les créateurs phares de cette période s’en emparent comme Jean Paul Gaultier, qui en fera sa marque de fabrique. Épaules larges, taille cintrée et jupe moulante, la femme devient working girl et s’émancipe dans des créations en cuir.

 

Le cuir ne quittera ensuite plus jamais les podiums et, à partir des années 90, le perfecto qui était à l’époque symbole d’émancipation et de refus des conventions entre dans toutes les garde-robes et obtient son statut d’intemporel.