Emblème de Burberry, le trench-coat, appelé plus familièrement trench, est une pièce indispensable des vestiaires masculins et féminins.

C’est en 1870 que le trench connaît ses prémices suite à la volonté de Thomas Burberry de créer un vêtement résistant à la pluie et respirant. En 1879, il crée l’ancêtre du trench : la gabardine, en toile de coton aux fils serrés. Seul bémol : la gabardine n’évite pas la transpiration… Ce n’est que 9 ans plus tard que Thomas Burberry finalise son premier trench. Il dépose alors un brevet. Les 10 boutons croisés et une coupe évasée jusqu’aux mollets permettent de reconnaître le trench.

 

En 1914, Thomas Burberry est mandaté pour dessiner une version de son trench pour les soldats. C’est là que le trench prend véritablement son nom ; « trench » signifiant « manteau des tranchées »

Dans les années 40, le trench est arboré par les plus grands acteurs hollywoodiens et devient le manteau officiel des détectives. Synonyme d’élégance et de glamour, les actrices se l’approprient petit à petit. Vêtement masculin, le trench devient un « it » féminin, notamment grâce à Yves Saint Laurent qui l’impose dès 1962 auprès de la gente féminine en en faisant une pièce phare de ses défilés de prêt-à-porter. Il le démocratisera également plus tard auprès des classes intellectuelles.

 

Au cours des années 1970 et 80, le trench se fait oublier. Décliné en cuir, il est associé au mouvement punk.

 

Depuis les années 2000, le trench a fait son grand retour et le monde de la mode se l’approprie complètement, le transformant au grès des saisons et des expérimentations. Jean Paul Gaultier en fait une version gaufrée, Burberry nous en propose une version en dentelle et en métal, et Sonia Rykiel en fait une pièce sexy en le rendant transparent.