L’UPCYCLING

Catégories Mode & Beauté

Le caractère un peu particulier de 2020 a touché tous les secteurs, même celui de la mode. Enseignes fermées, livraisons réduites… Alors certes, les occasions de sortir entre le télétravail et les bars fermés sont moindres et il devient donc moins nécessaire de se procurer de nouveaux vêtements. Pourtant que faire, si vous avez le cafard en ouvrant votre armoire, afin de renouveler votre garde-robe sans passer par une session shopping ?

L’upcycling est une tendance qui commence à prendre de l’ampleur depuis plusieurs mois déjà. Et pourtant, l’idée n’est pas si jeune, puisque l’on pouvait déjà observer des hauts confectionnés à partir de sacs Franprix lors du premier défilé haute couture de Martin Margiela en 1989. Ainsi, pour faire simple, un vêtement upcyclé, c’est un vêtement qui a été fait à partir de matériaux non-neufs mais non utilisés.

C’est donc l’occasion idéale de redonner une seconde vie aux vêtements que vous ne mettez plus, sans pour autant s’en débarrasser – et cela vous assure une pièce unique. L’upcycling va de la simple broderie à la confection intégrale d’une nouvelle pièce. Vous pouvez, par exemple, transformer ce jean troué en une mini-jupe. Ou bien ajouter des manches à un haut avec le tissu de ce pantalon qui ne vous va plus. Les possibilités sont multiples !

C’est d’ailleurs un des créneaux sur lesquels intervient le service de couturiers à domicile Tilli. Il vous suffit de prendre RDV sur leur site pour que l’une de leur spécialiste se rende chez vous et redonne une nouvelle vie à vos vêtements.

On peut aussi citer PICKLOZ, service digital qui propose des pièces uniques en récupérant des vêtements non utilisés. PICKLOZ, c’est le projet d’Adel Haddadi et de sa fille, Amel. Ils ont même dévoilé sur leur Instagram, fin novembre, une paire de sneakers transformées, y mêlant Nike, Adidas, Reebok, Puma et le Coq Sportif.

Les marques traditionnelles se mettent elles aussi à l’upcycling, en proposant des collections faites à partir de chutes de tissus. C’est le cas de Banana Moon, qui a utilisé ses propres chutes pour donner vie à une collection de maillots de bain. Enfin, si l’upcycling vous intéresse mais que vous n’avez pas d’inspiration et/ou pas de vêtements à transformer, allez faire un tour sur l’e-shop Les Récupérables. Marque fondée par Anaïs DW, son sourcing s’appuie sur le réemploi textile des fabricants de tissus et des ateliers. Les pièces des 4 collections proposées par an ne sont certes pas uniques, mais on est bien loin des quantités proposées à la vente par d’autres acteurs du secteur du prêt-à-porter.

En 2016, une femme française achetait en moyenne 30 kilos de vêtements par an. Et pourtant, 60% des Français possèdent des vêtements qu’ils n’ont jamais portés. L’upcycling est donc une réponse à cette surconsommation. Une réponse plutôt attirante d’ailleurs, puisqu’elle offre non seulement la possibilité d’obtenir des vêtements et des accessoires uniques, mais qu’elle permet aussi de faire un bon geste pour la planète.

 

Crédits photo : PICKLOZ. Photo tirée du compte Instagram @pickloz_.