Last Updated:

Lumière sur la photographe AuroreB.Pictures

Catégories Mode & Beauté

89250823_o

 

C’est entre deux rendez-vous que la photographe parisienne toute de rose vêtue a accordé une interview magique à STUDIO dans le cadre de sa participation au casting du Concours National des Jeunes Créateurs.

Retranscription de l’entretien en direct de l’ancienne demeure victorienne de Paul Verlaine.

« Mlle Biry pourriez-vous nous présenter en quelques mots votre parcours ?

–        Je suis une jeune photographe autodidacte et passionnée vivant à Paris depuis bientôt 4 ans.  À la base, j’ai suivi une formation dans le monde du spectacle et je suis danseuse. C’est en 2012 que j’ai décidé de me lancer dans ma deuxième passion, la photographie, sous le pseudonyme d’AuroreB.Pictures.

–        D’où vous est donc venu l’envie de commencer la photographie ; la danse et la photographie étant deux domaines assez différents ?

–        En Art, vous savez tout se touche, tout est lié. Le plus important est de créer, de s’exprimer, de rêver et de faire rêver. J’ai eu besoin de trouver un peu plus de liberté.

–       N’avez-vous pas peur cependant de vous retrouver face aux mêmes problèmes dans la photographie puisque comme vous le dites tout est lié en fin de compte ?

–         Non, car je me suis fixée une ligne de conduite que j’essaie de garder et pour l’instant cela marche ! Je collabore avec des artistes qui ont cette même envie d’authenticité. Je refuse totalement de faire des choses dénuées de sens. Je cherche à toucher les gens avec des choses qui leur parlent, avec une sincérité qui fait rêver. Je pense que c’est cette sincérité qui est nécessaire à l’accomplissement de ses rêves et de ses désirs.

–        Où en êtes-vous alors Mlle Biry quant à vos rêves et vos projets?

–       J’ai bien avancé et je continue encore d’avancer ! L’année dernière j’ai eu des axes de travail différents, dont trois collaborations principales : une concernant la photo dans le monde de la nuit, une autre sur les mariages et les shootings studio, et une dernière dans le plus gros organisme de happenings de Paris. Ces différents projets et collaborations m’ont permis d’acquérir une technique et une expérience riche, autant sur le plan professionnel que humain  …Faire rêver c’est aussi rendre compte de la magie du quotidien et de celle que chacun a en soi. Mon regard est guidé par l’envie de capturer quelque chose de vrai et de touchant chez mes modèles. Ecarter toujours plus les limites préétablies par les normes et se tenir éloigner du superficiel. Voilà ma ligne de conduite ! Du rêve oui, mais du rêve à vivre !

–        Quels types de photographies préférez-vous faire Mlle Biry ? Et pour quelles raisons ?

–     Je préfère sans aucun doute la photographie d’extérieure, car j’aime jouer avec la lumière naturelle. Il est pour moi plus intéressant de faire de l’extérieur même si je sais tout aussi bien faire de l’intérieur.

–        Avec qui affectionnez-vous travailler ?

–       Avec des artistes bien entendu ! Des comédiens, des danseurs, des mannequins, des stylistes… Tout simplement parce que c’est le milieu que j’aime et que je comprends . J’ai eu la chance de travailler avec plusieurs créateurs et marques de mode dont Zucca, et aussi bien avec des danseurs de battles hip hop qu’avec ceux de l’Opéra de Paris.  J’ai aussi été amenée à travailler lors de concerts dans les plus grandes salles parisiennes et invitée à participer aux ateliers olfactifs Marcus Spurway pour la mise en valeur de la marque par Parfumeur de Niche. 

–        Comment voyez-vous le monde de l’art d’aujourd’hui et qu’en pensez-vous ?

–        Les artistes ont toujours vu les choses en avance et en marge de la société. L’artiste est là pour nous dégager de ce que la société veut nous faire voir, les illusions qu’elle crée avec des phénomènes de mode par exemple. L’artiste se doit d’être détaché de cela grâce à son intelligence et ne pas se laisser parasiter par ces idées préconçues. Lorsque mes clients sont satisfaits de mon travail et interloqué, c’est le plus beau des cadeaux . Dans tous les arts que j’ai pratiqué j’ai toujours agis de cette facon.

–        Pensez-vous, comme il est commun de l’entendre, que le milieu de la photographie est de plus en plus facile d’accès pour les artistes d’aujourd’hui?

–       C’est un milieu très difficile aussi. Il faut être à la hauteur, se battre pour ce qu’on veut faire de la photographie, du courage, de la volonté et SURTOUT du travail. Il ne suffit pas d’avoir de l’imagination !

–         Quel est votre stimulus imaginatif le plus fort ?

–       En fait, il s’agit de créer pour m’exprimer parce que tout ce qui nous fait vivre est important. Donc je pars de ma vie, de ce que je ressens et de ce que je ressens chez les autres.

–        La création est-elle pour vous un mode de vie dans ce cas ?

–        Totalement !!! Je considère qu’à partir du moment qu’on a cette envie de créer on a la curiosité de voir et de comprendre le monde. C’est pour ça que je touche d’ailleurs à plusieurs arts ; afin de me nourrir de tout ça et de réussir à en sortir quelque chose. Il s’agit en quelque sorte d’extraire une vérité de la banalité de nos vies pour les rendre plus magiques. Pour l’Art, il ne faut surtout pas s’installer dans une monotonie je pense.

–      Qu’est-ce qui est le plus important dans les arts que vous pratiquez ? Voyager ou Faire voyager ?

–        Voyager !

–        Il s’agit donc d’une quête personnelle ?

–        Tout à fait ! Cela va même au delà d’une envie, il s’agit d’un besoin. Je ne peux faire autrement, sinon je serais morte. C’est pour ça que lorsque vous me demandez s’il s’agit d’une manière de vivre, je vous répondrais qu’il s’agit pour moi de ma seule façon de vivre, oui. Forcement lorsque l’on est à un tel stade, on arrive, je pense à faire voyager les gens. Cependant ce n’est pas le but initial. C’est une idée que l’on m’a soufflé à l’oreille de «  faire voyager » lorsque des gens sont revenus vers moi en me disant « Merci, tu m’as fait rêver. » J’oserais dire que ma plus grande peur est de tomber dans le cliché !

–         Ne pensez-vous pas que suite à l’ère des réseaux sociaux on risque de perdre la substance originale de l’art photographique ? De perdre le caractère unique de l’oeuvre d’art?

–        Non, je ne pense pas ! Je n’ai jamais trouvé qu’il était nécessaire d’expliquer une œuvre pour la comprendre. L’artiste met une part de lui-même dans son œuvre et chacun est capable d’être touché et de la sentir sans sous-titres. Quelque soit sa forme de diffusion. Cela est valable pour la photographie par exemple mais je serais incapable d’en dire de même pour la danse. Jamais l’énergie brute des corps ne pourra être retranscrite à la télévision ou au cinéma !

–        Mais ne pensez-vous pas qu’il en est de même pour la photo ?

–      Pas du tout puisque l’art de la photographie consiste à créer l’image elle-même tandis que l’art de la danse s’établit sur le lien d’un instant éphémère.

–         « L’Art n’est finalement pas la représentation d’une belle chose mais la belle représentation d’une chose » comme disait André Gide…

–      Exactement ! Il faut sublimer ce que l’on vit et choisir de quelle façon on veut le vivre… Lorsqu’on se sent à la fois vivre et mourir devant une œuvre, il n’y a rien de plus sublime ! On se doit de rester authentique parce qu’on ne peut pas faire les sacrifices les plus grands pour un monde qui n’en vaudrait pas la peine.

–        Pour finir Mlle Biry, pour vous résumer, pourriez-vous nous donner des qualificatifs ?

–        Le rêve, la vie, la folie, la passion, la volonté et le travail surtout. Je crois en ceux qui ont eu la volonté et le courage de se faire entendre. »

C’est par ici qu’elle vit:

Flickr

Blog

Page Facebook

____________

Vidéo du casting parisien CNJC 2014